Portrait de Vincent Chapuis

Portrait de Vincent Chapuis

Rencontre avec le gardien d'Ilur,
ce petit paradis à la gestion éco-responsable.

Vincent Chapuis est le gardien de l’île d’Ilur, un petit paradis coincé entre l’Île-d’Arz et la pointe du Ruault à Sarzeau. Quatrième plus grande île du golfe après l’Île-aux-Moines, l’Île-d’Arz et l’île Tascon, l’île d’Ilur gagne à être connue par sa gestion éco-responsable… Depuis que le Conservatoire du Littoral et la commune de l'Île d'Arz en ont confi é la gestion au Parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan, Vincent est au cœur du projet de développement durable, alliant entretien adapté et préservation des patrimoines naturels et culturels de l’île, réhabilitation exemplaire du village, accueil éco-touristique et éducation à l’environnement au cœur du golfe.

L’île d’Ilur ne profite pas de navettes régulières pour y accéder. Comment peut-on venir découvrir votre petit bijou ?

Notre objectif est de développer un tourisme écoresponsable. Les gens viennent effectivement par leur propre moyen en bateau, paddle, kayak... Mais en été le Parc Naturel Régional organise des sorties payantes "un dimanche à Ilur" comprenant la traversée en bateau (Logeo-Le Passage) et la visite commentée. J’accueille ainsi le public et l’informe sur l’histoire des lieux et toutes les actions que nous réalisons pour la sauvegarde de l’espace. Mélanie Chouan, guide Escapade en Terre iodée y organise aussi des sorties nature. Il y a aussi un projet de navette électro-solaire que nous souhaitons développer.

Vincent Chapuis, vous êtes le gardien de cette île. Quel est votre rôle au quotidien ?

Je suis présent à l’année sur l’île pour entretenir ses 40 hectares et nous sommes deux à la belle saison.
Je restaure les prairies, je fauche, je débroussaille et m’occupe du troupeau de moutons qui participent également à l’entretien des terres. Une part importante de la mission est aussi consacrée au suivi scientifique du site. Enfin je développe l’accueil du public, des groupes et des scolaires. Je leur ouvre le village et je les sensibilise à la protection d’un écosystème unique !

Quelles sont vos interactions avec les îles alentours, généralement privées ?

Ilur est une île d’expérimentation tant au niveau de la protection des espaces et des espèces que du côté pédagogique et de l’autonomie énergétique. Nous sommes autonome en eau potable et en électricité grâce à notre propre centrale hotovoltaïque et de potabilisation de l'eau du puits. On sert alors de plateforme d’échanges avec les autres îles. Beaucoup autour de nous sont des îles privées, mais il ne faut pas croire qu’elles ont juste assouvi des caprices de propriétaires. Certaines appartiennent à des familles depuis des générations, d’autres ont été achetées plus récemment, mais tous les propriétaires que je côtoie sont amoureux de leur île et travaillent beaucoup à leur entretien. Il est donc important de respecter leur propriété tout comme les petites îles protégées pour les oiseaux où nous travaillons avec Bretagne Vivante.